mercredi 11 mars 2015

Impressions sur World of Warcraft gold : Cataclysm

Je suis un joueur de World of Warcraft depuis le jour 1. J’ai joué de manière abusive il y a quelques années, mais maintenant j’y joue plus occasionnellement. Même si je joue moins qu’avant, mon intérêt envers la franchise est toujours élevé et j’accueille toujours à bras ouverts une nouvelle expansion. Avec Cataclysm, Blizzard amène beaucoup de changements que j’ai eu l’occasion d’expérimenter avec la version beta du jeu. Voici mes premières impressions.
 FFXIV est le prochain gros joueur à tenter de détrôner World of Warcraft qui siège depuis plusieurs années sur le royaume des MMORPG. Le jeu de Square-Enix sort bientôt, mais Blizzard prépare aussi un gros lancement prochainement, celui de Cataclysm, la troisième expansion pour World of Warcraft (avec du wow gold à acheter). Le jeu est en beta depuis quelques mois déjà et après plusieurs retouches majeures, il approche de son état final. Mercador et moi avons eu la chance de participer au beta depuis ses débuts et le jeu a déjà beaucoup changé en quelques mois. Au moment d’écrire ces lignes, toutes les nouvelles zones sont accessibles ainsi que tous les nouveaux donjons excluant les raids. Il est possible de faire évoluer les personnages jusqu’au niveau 85. Dans les prochains paragraphes, je vous donnerai quelques détails sur l’état actuel des choses. Je m’excuse à l’avance si j’emploie quelques termes spécifiques à World of Warcraft.


Premièrement, Cataclysm transformera beaucoup la carte du monde original de World of Warcraft (Outlands et Northrend restent intacts , pensez gold wow). En effet, le dragon Deathwing a refait son apparition et le monde a subi un grand cataclysme. Plusieurs zones ont été dévastées et transformées. Blizzard a fait un immense travail pour modifier la plupart des anciennes zones de manière à faire suite à l’apparition de Deathwing et du cataclysme. Ceux qui repartiront un personnage du début vivront une expérience fortement modifiée des niveaux 1 à 60, ce qui changera de la monotonie habituelle. Les niveaux des monstres dans plusieurs zones ont été modifiés, ce qui fait que l’ordre des régions que vous visiterez selon votre niveau est modifié. On a rajouté beaucoup de quêtes et d’endroits à visiter. Ces modifications risquent d’en motiver plus d’un à recommencer un personnage.


Cataclysm vous proposera deux nouvelles races. L’alliance aura maintenant accès aux Worgens, des humains du royaume de Gilneas qui ont été transformés en loup à cause d’une malédiction. La zone de départ des Worgens est très intéressante et leur histoire est très bien scriptée. On note une très bonne évolution dans les quêtes et on a tendance à vraiment porter attention à ce qui se passe. Plusieurs parties de la zone de départ des Worgens sont déphasées, ce qui fait que le monde se modifiera au fur et à mesure que vous accomplirez des quêtes importantes. Ceci peut être un peu problématique si vous aimez jouer en groupe, mais le début se fait bien seul. La horde, de son côté, a maintenant accès aux goblins. Leurs zones de départ sont intéressantes, mais moins riches au niveau de l’histoire. Néanmoins, l’ambiance créée est originale et vous utiliserez beaucoup de véhicules. Donc, 2 nouvelles races avec de nouvelles et intéressantes zones de départ vous attendent.


Je vais vous parler maintenant un peu des 5 nouvelles zones que vous visiterez pour monter votre personnage au niveau 85. Une des premières zones accessibles au niveau 80 est Mount Hyjal. Les joueurs y retrouveront un ennemi notoire datant de Molten Core, Ragnaros, alors que ce dernier attaque la zone avec ses laquais. La chaîne de quêtes principale vous fera faire le tour de la zone afin de contrer les plans de votre ennemi. On notera encore du contenu déphasé qui apparaîtra au fur et à mesure de votre progression. À date, je trouve que cette zone est bien ficelée au niveau du type de quêtes et de l’histoire. La progression ici est assez classique. L’autre zone accessible au niveau 80 est Vashj’ir mais avec du po Wow. Toutes cette zone est sous l’eau et vous aurez un bonus qui vous permettra d’y respirer ainsi que de nager plus vite. Plus tard dans la zone, vous aurez aussi accès à une monture sous-marine. Le fait d’être dans l’eau amène une perspective 3D à peu près inexistante avant. Les ennemis peuvent littéralement venir de tous les sens. Le thème de la zone est intéressant, mais j’ai trouvé la progression moins prenante que Mount Hyjal. 

à suivre...

jeudi 19 février 2015

Rainy Day sur Android

Je reprends du service et je vous propose de découvrir une application que j'ai justement découvert durant mes quelques jours d'absence. Le jeu Rainy Day développé par IdeaBox est un jeu disponible gratuitement sur l'Android Market et son concept est vraiment très sympathique et accrochant. Pour ma part j'ai d'abord découvert RainyDay 2 mais il faut savoir que le 1er volet est aussi disponible gratuitement sur le market, et j'en ai donc profité pour le télécharger.
Version actuelle :
1.0.11
Prix :
Gratuit
Taille :
12 Mo
Le concept est simple, vous avez une barre de vie, il pleut et vous devez traverser toute la ville en évitant la pluie. Sur votre chemin vous rencontrerez des parapluies, des passages secrets pour gagner du temps (comme prendre le métro) ou bien encore des boutiques où vous pourrez restaurer votre vie. Je n'ai pas terminé le jeu car il y a beaucoup de niveaux, mais je le trouve vraiment sympathique et pour moi ça vaut largement une partie d'Angry Birds !


Le jeu est vraiment complet et surtout très long (je ne sais pas combien il y a de niveaux mais ce n'est pas ce qui manque !), et d'autant plus si vous prenez aussi le 1er volet. De plus, les graphismes du jeu sont vraiment sympa et collent tout à fait au gameplay très simple : deux boutons, un pour avancer un pour reculer, et un bouton "Action" qui permet juste de déclencher une action dès qu'un "?" apparaît à l'écran.
Dans tous les cas on se retrouve avec une petite perle sur Android, et honnêtement c'est un jeu qui peut être largement à la hauteur des grands classiques payants ou gratuit. Malheureusement, ce jeu n'est pourtant pas très connu mais il le mériterait. Si vous n'avez donc pas encore Rainy Day sur votre Androphone, alors il est maintenant temps de faire un tour sur l'Android Market pour le télécharger gratuitement.


lundi 2 février 2015

TEKKEN suite : test du jeu


Le jeu lancé, on retrouve des modes de jeu en ligne (Matchmaking ou Classé) et de nombreux modes de jeu hors-ligne .
En hors-ligne, outre les traditionnels modes Arcade, Versus, Team Battle Mode, Survival et Défi chronométré, viennent s'ajouter le mode fantômes et le mode histoire ...

Première bonne surprise, plus de 40 combattants vous attendent pour jouer à vos modes de jeu préférés . Fini le temps où il fallait finir le jeu avec Pierre pour débloquer Paul et avec Paul pour débloquer Jacques . Autant de persos disponibles dès le départ est un luxe non-négligeable . Grâce au superbe Art book de l'édition collector, j'ai pu identifier les nouveaux venus de Tekken 6 autres que le Boss ou le gigantesque robot de bonus stage, répondant au doux nom de Nancy, bien que j'eusse du mal à trouver une quelconque féminité en lui .

Le premier nouveau  m'amène à une réflexion : Les japonais seraient-ils un brin racistes ?

Après la polémique suscitée par ResidentEvil 5 et le fait que Chris et Shiva occissent des Blacks (alors que ça ne dérangea personne que Léon Kennedy massacrât des espagnols vivant presque comme au Moyen-âge dans le 4 ), c'est le 2ème jeu de combat de l'année à nous proposer d'incarner un combattant Nord-Américain corpulent, pour ne pas dire obèse . Cliché, quand tu nous tiens . Après Rufus de Street Fighter IV, faites place (et il va en falloir !) à Bob . Vient ensuite Léo, le premier androgyne de la Saga qui me rappelle King de la série King of Fighters, le ténébreux latino Miguel Caballero Rojo, l'orientale Zafina et enfin Lars Alexandersson et Alisa Bosconovich, les 2 protagonistes de départ du mode histoire dont je vous parlerai un peu plus loin . Alisa est un androïde créé par le roboticien Dr. Bosconovich, de Tekken 3 version console, et dont les attaques sont déconcernantes par l'usage de ses propulseurs dorsaux, de mini-tronçonneuses ou de sa tête amovible qu'elle utilise pour frapper ses adversaires . Avec son physique et ses coups exotiques, Alisa risque bien d'être la coqueluche des nouveaux-venus .


Pour les modes "classiques", c'est un quasi sans faute .

Le gameplay est toujours aussi bon, la modélisation des personnages magnifique et les effets de lumière superbes . Seul petit reproche : Il y a beaucoup moins d'arènes que de combattants, et elles ne sont pas toutes aussi soignées graphiquement . D'un classicisme convenu, le jeu en lui-même n'a quasiment pas changé depuis que je l'ai délaissé . Les seules nouveautés sont l'apparition d'une jauge de Rage qui dope les attaques d'un perso au bord du KO et la possibilité d'agrandir l'arène, façon Mortal Kombat, en traversant des murs ou des planchers, sauf que le rendu visuel est plus sympa dans MK vs. DCU .
Ceci dit, au vu de l'excellente prise en main, des heures à y consacrer pour maîtriser les coups spéciaux sur le bout des doigts, NAMCO a pris le parti de la continuité et c'est tant mieux car, quand il se risque à la nouveauté, ce n'est pas toujours ça ...

En premier lieu, le mode fantômes . Mon attention a été directement captée par ce mode de jeu hors-ligne . Grosso modo, il simule une série infinie de combats contre l'IA, affublant  vos adversaires de GT comme si vous affrontiez d'autres joueurs . L'intérêt de ce mode m'échappe encore mais s'il peut donner l'ivresse du "live" à des non-abonnés ou des bannis, why not ?


Si TEKKEN ... Suis-je Barbie ?  (encore du Ken Le survivant ...)


En parlant de mode en ligne, vous avez la possibilité de personnaliser vos guerriers préférés par l'obtention de vêtements et d'accessoires afin de vous assurer un look unique et inimitable . Cette variante issue de la série SoulCalibur (le 3) est plutôt une bonne idée . Mais où déverrouiller ces mirifiques accessoires et vêtements qui feront de vous des Fashion victims ? Réponse : Dans le mode histoire .


Dans ce mode, seul ou à deux, vous parcourez une carte en traversant des mini-stages façon beat'em all . Vous récoltez de l'argent et débloquez des objets ou vêtements au fil de votre progression . Chaque mini-stage se termine par un combat contre un autre héros de Tekken qui, une fois vaincu, devient utilisable dans ce mode . Une arène vous permet de jouer le mode arcade et de déverrouiller les cinématiques des personnages . Le problème est que, contrairement au mode Tekken force de Tekken 3 et son ambiance Streets Of Rage, le jeu en 3D proposé est limite injouable, votre binôme Alisa d'une inutilité affligeante, et les graphismes pas loin de ceux du début de la PlayStation 2 . En sachant que vous devrez triompher de tous les mini-stages pour déverrouiller tous les persos pour l'arène si vous voulez débloquer leurs cinématiques de fin, ça prend vite des allures de corvée, sans parler de refaire des stages avec les persos pour étoffer leur garde-robe .
Fort heureusement pour moi, je ne suis pas un addict des succès ou trophées car devoir passer autant de temps sur un mode aussi raté m'aurait été insupportable . Dommage, d'autant que le vieux gars que je suis est un nostalgique des beat'em all ...


Si TEKKEN ... M'était noté .


Graphismes : 8. 5/1O

La modélisation des persos, les effets de lumière, les cinématiques vaudraient  un 9 ou 9.5 mais les arènes sont un peu moins belles et le mode histoire franchement vilain .

Gameplay : 9/10

Le fait que des combos me soient revenues aussi facilement et, mieux, que j'ai pu les exécuter souligne si besoin en est l'excellent gameplay de cet opus, à part pour le mode histoire évidemment ...

Bande-Son : 8/10

Des thèmes musicaux variés, tantôt électroniques tantôt rock, de bons bruitages et des voix en chinois, en japonais et en américain, tout cela contribue à renforcer le jeu de manière efficace .

Intérêt/Ambiance : 6. 5/10

Malheureusement, le mode histoire, passage obligé pour tout joueur voulant compléter la galerie, déverrouiller les succès ou les trophées, par sa non-jouabilité et sa non-beauté graphique, pénalise grandement le reste du jeu .

Durée de vie : 7/10

Les modes de jeu classiques sont excellents, et passée l'euphorie des premiers jours, nul doute que même les casual gamers y rejoueront régulièrement pour défier des amis à la maison ou affronter d'autres joueurs en ligne . La persévérance sur le mode histoire me laisse perplexe, et il y a fort à parier que nombre de joueurs ne s'y attarderont pas ...

Note Globale : 7. 8/10

Alors que toute la partie du jeu issue de l'arcade atteint des sommets, tout ce qui y a été greffé pour la version console est de moindre qualité, pour rester poli . Ca sent le bâclage à plein nez, c'est dommage car le jeu classique (Arcade, Versus, Team Battle, Chrono ) et en ligne est très bon . Un bon point pour les fans de la série, l'édition collector, dans sa grosse boîte style PLV (Publicité Lieu de Vente) est sympathique . Pour 20€ de mieux, vous aurez un poster, un magnifique Art Book, l'un des plus beaux que j'aie eu dans un collector et un sweat-shirt capuche, blanc pour la XBox, noir pour la PS 3 . Un reproche cependant : Les chargements sont très fréquents et sont plutôt longs et les subir avant et après chaque match devient vite pénible, d'autant qu'installer le jeu version XBox sur le HDD ne semble guère améliorer les choses .

En conclusion, après un KOF XII raté et qui est l'exception qui confirme la règle, cette nouvelle conversion d'un hit de l'arcade sur consoles est encore un succès . A vous de voir si vous êtes plus Tekken, SoulCalibur ou Street Fighter . En tout cas, c'est bon d'avoir ce genre de choix !