jeudi 5 mai 2016

Avis sur Battlefield 3 - fin

Fin de cette chronique sur Battlefield

Durée de vie

Sur ce point, c'est plutôt satisfaisant puisqu'il m'aura fallu 9 heures pour terminer le jeu en mode normal. Maintenant, il y a des jeux qui se terminent en un après-midi alors bon pour Battlefield 3 je suis plutôt satisfait. Après le jeu possède aussi un excellent mode multijoueurs et donc pour la durée de vie c'est positif. Pour ma part j'ai presque passé déjà 15 heures sur le mode multijoueurs et je ne m'en lasse toujours pas ! On vente peut être les mérites du mode online de Modern Warfare 3 mais je vous assure que celui de Battlefield 3 est tout aussi plaisant à jouer.
Note : 16/20


Scénario

Alors que les autres Battlefield étaient rempli d'humour, cette fois-ci DICE à voulu être serieux et faire un jeu très réaliste. Je ne vais pas vous racontez l'histoire en entier pour éviter de vous la "spoiler" si vous n'avez pas encore eu l'occasion de jouer au jeu mais je dois dire que les gars de chez DICE ne devaient pas être très inspirés. On notera un scénario très simpliste, mais qui colle parfaitement à l'univers. Mais de toute façon, ce n'est pas un point à retenir non plus car vous y passerez rapidement votre tour. Mais dans tous les cas, Battlefield 3 va vous en mettre plein la vue tout au long du jeu. On se croirait devant un film hollywoodien !
Note : 12/20

Multijoueurs et Battlelog

C'est un point très important pour Battlefield 3 qui mise beaucoup sur le multijoueurs. C'est pour cela que ça méritait un point à part avec notamment avec Battlelog. Mais d'abord, nous allons commencer par expliquer ce qu'est ce service. Pour faire simple, Battlelog est un reseau social sur lequel il faudra lier votre compte EA ainsi que votre compte Xbox Live et PSN (pas toujours facile, j'ai eu pas mal de soucis pour ma part). Ensuite, toutes vos performances sont accessible depuis votre navigateur sur Battlelog. Vous pouvez aussi ajouter des amis, discuter via la messagerie instantanée ou bien encore regarder les scores des autres. Battlelog propose bien plus de fonctions mais ce serait bien trop long à énumérer.
Battlelog propose aussi une version mobile mais je me suis pas vraiment intéressé à celle-ci. Maintenant, revenons au jeu et à son mode multijoueurs. Je dois dire que c'est un vrai plaisir de jouer et qu'il est très bien construit. On ne peut pas lui reprocher grand chose si ce n'est qu'il s'approche de la perfection ! C'est sans doute le meilleur point du jeu et je pense que si vous cherchez un FPS pour son mode multijoueurs il ne faut pas attendre et sauter sur Battlefield 3. On se rend compte que DICE tape une fois de plus très fort et malgré toutes les éloges faites au multijoueurs de Modern Warfare 3, Battlefield 3 à largement de quoi rivaliser ! Le jeu propose aussi 6 missions en coopérations à faire en ligne avec 3 niveaux de difficultés, ce qui permet de rallonger un peu plus la durée de vie du jeu. J'ai aussi remarqué que si vous possédez la version PC du jeu, vous pourrez lancer les missions en coopération ou bien des parties en ligne directement depuis le site.
Juste une petite remarque, il faudra obligatoirement lier son compte à Battlelog pour pouvoir jouer en ligne est c'est plutôt dérangeant car c'est encore des manipulations de plus à faire et qui ne plaisent pas forcément à tous.
Note : 19/20

Au final ?

Au final on se retrouve avec un jeu qui met la barre très haute pour son adversaire Modern Warfare 3. Meme si on prendra plaisir à finir le mode solo de Battlefield 3, on notera quand même le fait que le jeu mise beaucoup plus sur le mode multijoueurs, qui lui est à la hauteur de nos attentes ! DICE frappe donc très fort, même si on pouvait peut être s'attendre à un meilleur scénario qui reste très simpliste mais qui ne changera en rien le plaisir de jouer. L'initiative de realiser un reseau social comme Battlelog est tout aussi sympathique et on reconnaîtra que c'est vraiment un bon point car cela permet de prolonger l’expérience de jeu. De plus les 6 missions en coopération rajoute je trouve un vrai plus. Nous attendions donc Battlefield 3 comme le parfait FPS et certainement le meilleur de l'année et je dois dire que c'est vraiment reussi. Une nouveauté qui n'est pas passé inaperçu mais qui est aussi à noté, c'est la possibilité de conduire divers véhicules comme les hélicoptères, les bateaux etc.

Note final : 17/20

vendredi 19 février 2016

Formula 1 2011 sur PlayStation 3

'est après quelques jours de retard que je vous propose enfin de découvrir le test de F1 2011 que m'a gentiment fait parvenir Codemasters. Il faut savoir qu'à la base, je ne suis pas forcément fan des jeux de courses automobile, mais F1 2011 a su me surprendre...
Par la même occasion et pour pouvoir comparer, j'en ai profité pour emprunter le précédent opus à un ami et je vais donc pouvoir plus facilement appréhender le jeu par rapport à son prédécesseur.

Editeur : Codemasters
Type : Course
Sortie française : 23 septembre 2011
PEGI +3

Juste avant de commencer le test, nous allons faire un point sur les nouveautés que propose F1 2011 par rapport à F1 2010. Le principal ajout du jeu est tout de même le mode coopération, où il est possible de jouer en ligne à deux tout en s'entraidant, cette fonctionnalité est pour la première fois intégrée à un jeu de Formule 1. Une autre nouveauté qui n'était pas présente dans F1 2010 mais qui est la bienvenue cette année, c'est tout simplement le mode multijoueurs en hors-ligne avec un écran splitté. Ensuite, de nouveaux pilotes, voitures ainsi que circuits sont aussi présents. Pour les fans, le jeu intègre même la nouvelle réglementation officielle de la F1.

Graphismes

On commence certainement par un des plus mauvais point du jeu (même si ce n'est pas catastrophique). Je ne trouve pas spécialement le jeu très réussi et très fin, tout comme l'environnement lors des courses. Certains détails sont aliasés et les personnages ne sont pas forcément toujours très bien réussis (on est encore loin des graphismes de foot FIFA ! ). Le jeu pourra peut-être décevoir les fans sur certains points, mais pour ma part ça ne m'a pas empêché de profiter du jeu alors que je ne connais pourtant beaucoup la formule 1.  On regrettera juste qu'il y ait si peu de différences entre la version de F1 2010 et celle de 2011.


 

Jouabilité

Pour qu'un jeu de course soit accessible à tous, il passe forcément par la case jouabilité, et pourtant sur un jeu comme celui-ci ce n'était pas un pari gagné. Mais pourtant, Codemasters a su faire de ce qui aurait pu être un des points faibles du jeu un vrai plus. En effet, les aides ajoutées pour permettre de conduire correctement et profiter du jeu sont un vrai plus ! J'ai pour ma part essayé de les retirer pour une course, et c'était une vraie catastrophe (c'est vrai que je ne suis pas forcément doué non plus...). Le pilotage des voitures est donc un vrai régal !
18/20

Bande son

Une fois de plus, le jeu montre qu'il peut être presque parfait sur beaucoup de points ! On notera des commentaires utiles (pas forcément le cas pour tous les jeux...) et qui collent parfaitement. Quant à la voix-off dans le menu et les cinématiques, rien à redire, d'autant plus que le doublage est entièrement en français. Ensuite aux niveaux des bruitages et des sons lorsque vous conduisez, encore une fois rien à redire et cela vous permet une fois de plus de vous plonger dans un réalisme surprenant !
17/20



 

Durée de vie

Le mode carrière et tous les modes de jeu proposés par F1 2011 permettent de proposer un bon nombre d'heures de jeu. De plus, avec sa difficulté plutôt élevée vous ne serez pas prêt de terminer le mode carrière. Ensuite, le jeu propose des circuits plutôt long et comme en formule 1 il ne suffit pas de faire 3 tours de circuit pour terminer la course (oui, je peux vous rassurer ce n'est pas un Mario Kart :p) de quoi rallonger considérablement le temps de jeu. Avec le mode coopération ainsi que celui online, même une fois le mode carrière terminé, vous aurez toujours de quoi vous occuper et rien ne vous empêchera par exemple de refaire un championnat :)
17/20

Scénario

Rien d’extraordinaire puisque pour le mode carrière, vous incarnerez un pilote et vous devrez participer à 5 saisons où vous pourrez ensuite rejoindre une écurie (vous avez le choix entre 5 écuries différentes) et commencer votre carrière ! Le scénario reste donc simpliste, mais en même temps sur un jeu de courses il n'est pas forcément possible de faire des exploits.
15/20


 

Mode multijoueurs

Avant de donner mon avis sur celui-ci, je précise que Codemasters a intégré un pass VIP pour jouer en ligne. Et pourtant, j'ai reçu Bodycount quelques semaines plus tôt et lui n'en avait pas... Le jeu joue donc sur la carte du multijoueurs, que ce soit au niveau offline ou online ! Les courses sont très sympathiques en ligne et vous pouvez jouer avec 15 autres joueurs ainsi que 8 IA (24 voitures au départ donc). Sans oublier la grosse nouveauté de F1 2011, à savoir le mode coopération en ligne qui est tout aussi fort agréable même si on regrettera tout de même qu'il n'ait pas été intégré aussi en tant que mode multijoueurs.
16/20

Au final ?

Au final, on se retrouve avec un jeu très sympathique et surtout accessible à tous. Autant pour les fans de F1 que pour ceux n'y connaissant strictement rien. On notera par exemple l'aide au pilotage qui est tout de même fort utile. De plus, le jeu est rempli de détails se rapprochant de la réalité, de quoi vous mettre en immersion totale dans le jeu. De plus, avec sa jouabilité simpliste et son gameplay fort accrocheur, vous aurez presque l'impression de piloter un vrai bolide. On notera donc tout de même le gros effort réalisé par Codemasters sur ce point. Cependant, le niveau de difficulté est je trouve, un peu trop élevé et ce n'est pas forcément facile d'avancer dans le jeu si vous perdez toutes les 3 minutes, mais en même temps cela rajoute du challenge et il vaut mieux ça qu'un jeu qui se termine en quelques heures. Si il y avait une chose à regretter ce serait peut-être le pass VIP et les chargements qui sont bien trop longs à mon gout. Ce qui est aussi appréciable, c'est que l'on voit qu'il y a eu un réel effort comparé à F1 2010, les nouveautés étaient au rendez-vous et c'est appréciable !

Note final : 17/20


vendredi 22 janvier 2016

[Achat] ModNation Racers sur PlayStation 3

Qui dit PlayStation 3 dit aussi jeu et même si j'ai encore quelques un de mes jeux que j'avais avec ma PlayStation 3 FAT je viens de me prendre ModNation Racers sur PlayStation 3 en Platinum. Je voulais pas forcément mettre beaucoup dans un jeu car en ce moment avec mes achats le porte monnaie ne va pas suivre :p. Ayant déjà eu le jeu auparavant en version "normal" j'avais vraiment apprécié même si j'ai pu y jouer une semaine seulement (oui, ma PS3 était tombée en panne quelques jours plus tard...).



 
Ce que j'aime tout particulièrement dans ModNation Racers c'est l'esprit communauté comme pour Little Big Planet. De plus je me souviens que j'avais un splendide kart et mod Sackboy que j'avais reçu par mail (enfin le code) et que j'avais rentré sur PlayStation Store sur la PlayStation 3 d'un ami juste pour l'avoir dans mon historique et pouvoir le re-télécharger lorsque j'aurais une nouvelle fois une PS3 et le jeu. C'est donc ce que je vais faire :-)
Si vous possédez le jeu et que vous voulez faire une petite partie en ligne que ce soit sur ModNation Racers ou bien sur Little Big Planet il n'y a pas de soucis, vous pouvez m'ajouter dans vos amis. 

mardi 1 décembre 2015

match du calcio sur FIFA : Juventus Atalanta

Il y a beaucoup de ligues et de championnats sur FIFA 16. gageons que la dernière place de finaliste de la Champion's league de la Juventus de Turin va redonner intérêt pour le calcio et la ligue sur FUT 16 !

Voici un des matchs disputé la saison dernière sur FIFA dans le calcio :

Le premier contre le dernier. La Juve, loin devant le 2ème en partant du haut, face à l'Atalanta, loin derrière le 2ème en partant du bas. Match sans suspence donc aux premiers abords, mais un match dure 90 minutes et la foot n'est pas une science exacte. La preuve en Coppa ou justement l'Atalanta a éliminé la Juve... mais aujourd'hui, c'est la Juve A qui se présente devant un Atalanta dépourvu de ses 2 poulins, Montolivo est suspendu, Pazzini, lui, a filé à la Fiorentina : cette équipe de la juventus pèse dans ce calcio son poids de crediti fifa 16  sur le marché des transferts FUT  16   !

Le match, qui se joue sur un terrain à la limite du pratiquable, commence avec l'Atalanta qui se rue vers l'attaque, sans succès, les passes sont trop approximatives, le hors jeu est, de plus, bien joué par la défense juventina... A la 6ème une combinaison Zambrotta-Camoranesi amène le ballon dans les pieds de Carlos Tevez qui arme une frappe excellente que le gardien a du mal a repoussé en corner. Quelques minutes plus tard, Camoranesi, encore lui (match exceptionnal de l'ailier droit, comme d'habitude....)sert parfaitement Zlatan qui rate de peu le but. A la 23ème, Emerson lance Olivera qui voit le gardien trop avancé et qui le lobe parfaitement des 20 mètres. 1-0, score à la pause.

En seconde mi-temps, la Juve démarre sur les chapeaux de roues mais ça ne rentre pas... Par contre, celui qui rentre, c'est le Grand Pirlo (toujours dans le top 50 du classement FUT 16 !), Il Capitano, qui remplace Pogba à l'heure de jeu. Et à la 80ème, c'est encore Pirlo qui est là pour rentrer... mais cette fois il s'agit du but du 2-0. Villa donne une ballon aérien excellent à Camoranesi accroché dans la surface. Ale, transforme sans trembler le penalty et exprime sa joie comme nous le montre la photo, au grand bonheur des supporters juventini !!! Dans les arrêts de jeu, la Juventus se fait une frayeur à cause du terrain insalubre de dimanche... Villa remet en retrait pour Buffon qui ne peut subtiliser le ballon. 2-1, score final.

Victoire, double victoire même. En effet le Milan Ac est battu à domicile face à une excellente équipe de Bologne et laisse la Juve filer en tête avec 8 points d'avance. De plus, le Milan perd son seul élément offensif valable ces derniers temps , écarté des terrains pour 2 à 3 semaines. Les rossoneri semblent fébriles... à la Juve d'en profiter, et ce, dès mercredi avec la venu de la Samp'! Tandis que le Milan éffectue un déplacement périlleux à Messina...

Le cas Pirlo semble aller dans le bon sens. Ale est rentré 1/2 heure aujourd'hui et a apporté un vrai plus à la Juve. Il devrait d'ailleurs être titulaire mercredi soir. Vers un retour à la normale?

FORZA JUVE! GRANDE ALEX!

lundi 2 novembre 2015

NBA 2k16 coins MT : The Inside


Ah ! Le basket-ball ! Un sport universel, joué par tout un chacun, où l’utilisation d’un simple filet suspendu et d’un ballon ravit des millions de joueurs à travers le monde. Il n’en faut pas plus pour que les éditeurs nous pondent des jeux là-dessus. Et pourquoi ne pas en faire un chaque année ? Et pourquoi ne pas vendre des 2k coins MTpour faire avancer les joueurs ? C’est ainsi qu’apparait NBA 2k16

Une des choses paradoxales dans NBA 2k était que le jeu ne présentait pas que du basket et son principal intérêt se situait dans les mini-jeux offerts. C’est encore le cas avec l’édition 2k16.
*astuce : on peut acheter des nba 2k16 MT ici :  http://www.upfing.org/nba-2k16-coins-mt.html
 Si on trouve encore les parties rapides, les matchs d’exhibition, voire une saison complète ou encore des matchs de séries éliminatoires, le jeu propose aussi moult petits à-côtés plus intéressants. Ceux-ci sont nombreux et variés, beaucoup plus que sur Playstation 3 par exemple, reprenant pour certains les thèmes de l’édition de l’an passé. Si quelques-uns restent très anecdotiques, n’apportant strictement rien en terme de jouabilité, d’autres sont beaucoup plus intéressants. L’un d’entre eux, le ballon-prisonnier, demande même un peu de tactique et d’habitude pour bien l’appréhender.


Le plus intéressant d’entre eux reste encore le "flipper" : avec la présence de nombreuses tables, il risque d’être celui auquel vous jouerez le plus. Étant donné que la physique de la boule est bien rendue, les parties n’en sont encore cette année que plus plaisantes. C’est toujours paradoxal de voir que les mini-jeux déchainent plus d’enthousiasme que de faire une "vraie" partie de basket-ball (tout le contraire des jeux de foot comme FIFA : qui imagine acheter des crédits fifa 16 Ronaldo et jouer à 7 sur fut 16 ?). Par contre, il semble que le téléchargement de nouvelles tables, offert auparavant, ait disparu. Les amateurs apprécieront le fait que Sony intègre un système de trophées comme on en trouve sur la Playstation 3 depuis quelques mois. Certes, ils ne sont pas visibles en ligne, mais constitueront un petit défi pour ceux qui veulent toujours compléter un jeu à 100%.


Un des modes les plus intéressants qui est de retour, d’un point de vue basket, est sans aucun doute l’option “conquête". Il n’a certes pas changé depuis l’édition 15, mais il était relativement complet en tant que tel : à la tête d’une des équipes de la NBA, vous devez conquérir la carte en battant les équipes adverses une à une. Comme pour le jeu Risk, les autres équipes ne sont pas passives pour autant et n’hésiteront pas à avancer leurs "pions". Elles n’hésiteront pas à venir agresser les villes que vous avez conquises. Il s’agira alors d’y laisser une équipe suffisamment forte pour éviter la défaite. Noter que Kobe Bryant conserve sa note de 2k15 (malgré sa blessure toute l'année de la saison NBA ! : 1. Kevin Durant 91 2. John Wall 87 3. Kobe Bryant 85 ) .
Contrairement à Defender of The Crown, qui proposait un concept similaire voilà plusieurs années, dans nba 2k16 les batailles sont ici des matchs de basket ; cependant, au lieu de se faire pendant un certain temps, ce sont les paniers réussis qui affaiblissent l’équipe adverse avec quelques apports par rapport au jeu originel : tous les coups sont permis et il n’y a pas de limitation de temps pour celui qui a la balle. Seule une sortie de terrain du ballon est sanctionnée. Un mode "Eliminquest" a été ajouté cette année : similaire au Conquest, il se différencie par le fait que l’équipe gagnante peut récupérer un joueur de celle qu’elle vient de battre.


  Au niveau du basket proprement dit, on retrouve tout ce qui ressemble aux autres types de jeu : match simple, éliminatoire… Un des gros problèmes de NBA 2k16, qui se trouvait déjà dans la mouture précédente, est la trop grande force des défenses. Les blocages sont trop faciles à effectuer et surtout il semble que même les combinaisons offensives les plus habiles sont contrées avec simplicité. On ose à peine mentionner le fort taux d’interception, qui devient ridiculement important. Du coup, cela se résume encore une fois à arriver à marquer un peu plus que l’adversaire. Il ne faudra pas s’étonner que le score final ressemble quasiment à celui d’un match de rugby ou de football américain. Pour des quart-temps de 4 minutes, un 55-52 n’est pas un score hors norme ! Une partie peut même se terminer par un ridicule 32-28. Cela montre tout de même que l’intelligence artificielle, pour la défense, est très bonne, même si on a parfois l’impression que la machine en rajoute un peu trop au niveau des exploits, surtout au niveau de votre adversaire.


Au niveau de l’attaque, ce n’est pas vraiment le cas: il est très difficile de faire des combinaisons intéressantes, notamment car les coéquipiers que dirigent la console ne savent pas toujours bien se démarquer. Vous allez souvent devoir, à l’aide d’un seul joueur, essayer de forcer la robuste défensive adverse, avec les jurons que vous allez lancer. De plus, les tirs sont moins évidents à effectuer, malgré un système similaire sur Playstation 3. Cela est notamment dû à une lisibilité de la jauge qui est moindre, obligeant à pas mal d’entrainement avant de bien évaluer le timing. On oubliera la plupart du temps les tirs à 3 points qui deviennent trop difficiles voire infaisables pour un débutant.


Avec les nombreux modes de jeu, surtout au niveau des mini-jeux, vous passerez encore beaucoup de temps sur la version PSP de NBA 2k16, ce qui est assez étrange étant donné la médiocrité du jeu principal. La présence d’un mode en ligne permettant des parties rapides est assez accessoire, étant donné les nombreux lags rencontrés.


Techniquement, le jeu est identique à la version de l’an passé. La trame musicale est toujours de très bonne facture, avec, en sus, des commentaires plus agréables pendant le match que sur PS3. On regrette encore que la foule ne se fasse pas entendre. Graphiquement, si les animations font que le jeu est toujours fluide, on regrette la modélisation assez moyenne et, surtout, une certaine confusion qui fait que le porteur du ballon n’est toujours pas très reconnaissable, la faute allant à la caméra pas toujours bien adaptée. Vous allez donc devoir privilégier l’antique vue sur le côté.

Jouabilité
Le jeu reste assez maniable, mais quel dommage que les gros scores soient si difficiles.
14 /20  
Scénario
Ne s'applique pas
--
Qualité graphique
Le moteur graphique est le même que l’an passé, sans aucune amélioration.
14 /20  
Qualité sonore
Ne s'applique pas
--
Durée de vie
Ce sont sans doute les mini-jeux qui sauvent encore une fois cet opus sur la PSP et qui permet au joueur de garder un bon moment le jeu dans la console.
16 /20  

NBA 2k16 sur PSP continue dans les paradoxes qu’avait apportée la version 15. Il s’agit avant tout d’un jeu qu’on privilégiera pour ses modes annexes plus que pour le jeu de basket qu’il est sensé proposer.

75 %

vendredi 11 septembre 2015

Barcelone dans FIFA 16

Très difficile de reconstituer l'équipe de Barcelona au complet dans FUT 16 : en l'absence de crédits fifa il faudrait jouer des milliers de matchs pour avoir les crédits suffisants pour posséder Messi + Naymar + Suarez + Iniesta etc.
Impossible avec la régularisation par EA du marché des transferts; EA qui doit perdre gros en terme de gamers car les fans de foot n'ont rien à faire de jouer des matchs sans intérêt avec des équipes en bois récoltées dans les packs... Il faut permettre un recours à l'achat de crédits fifa 16 pas cher   sinon FUT 16 va être un désert.

Sinon, petit coup d'oeil dans le retro sur cette dream team Chamionne d'europe en titre de Barcelone : quelques news du passé pour voir que ces inter-saisons sont toujours  agitées

  1. Barcelone FIFA : Iniesta de retour
Véritable métronome du jeu Barcelonais, Andrès Iniesta (Encore top 30 dans FIFA 16) a fait son retour façe à Majorque à l'occasion de la demi-finale de la Copa del Roy. Un retour de bon augure pour les Barcelonais qui affronte Mercredi l'Olympique Lyonnais bien décidé a créer la surprise au Camp Nou.
Ecarté des terrains depuis le 17 février dernier à cause d'une élongation à la cuisse gauche, le champion d'Europe 2008 avec l'équipe nationale d'espagne. Iniesta a repris du service pour le plus grand bonheur de ses partenaires et des fans du FC barcelone. Peu à peu, le joueur retrouve ses sensations et monte en puissance. Les supporters lyonnais peuvent d'ailleurs réellement s'inquiéter à l'heure de retrouver le Barça, mercredi, en 8e de finale retour de la Ligue des Champions. Auteur d'un bon résultat nul sur la pelouse de Gerland (1-1), les Barcelonais se sont imposés samedi en Liga face à l'Athletic Bilbao au Camp Nou (2-0).



      2. Barcelone FIFA : Ribery ça chauffe

Nouvelle rumeur de transfert ou accord secret ? En tout cas, la presse européenne reprend l'information divulguée par le quotidien espagnol "Sport" faisant état d'un accord entre Franck Ribéry (Top joueur fifa depuis des années) et le Barça pour la saison prochaine.
Grand artisan mercredi de l'écrasante victoire allemande sur la pelouse du Sporting en Ligue des Champions (5-0), avec notamment 2 buts et 2 passes décisives, Franck Ribéry a une nouvelle fois étalé sa classe aux yeux de toute l'Europe et fait saliver de nombreux clubs et notamment le FC Barcelone. Le journal sportif catalan "Sport" fait aujourd'hui sa une sur la possible venue de Franck Ribéry au FC Barcelone dès le mois de juin prochain : "Accord Ribéry" annonce-t-il. Il y aurait donc même un accord ! La direction du Barça aurait négociée avec l’agent du Français et se serait entendue avec lui sur les modalités d’un futur contrat. Rappelant que les dirigeants du Barça travaillent déjà activement sur le profil de l'équipe 2009-2010, le journal affirme que le club "blaugrana" souhaite recruter la star française pour occuper l'un des couloirs. On évoque un transfert autour de 40 millions d'euros. Avouez qu'une attaque composée de Messi, Benzema et Ribéry aurait fière allure.















jeudi 16 juillet 2015

FIFA 16 - un bon cru ?

En cette saison , fleurissent les Call of ... Si tu cherches la guerre, passe ton chemin . Cette saison est aussi celle des FIFA et autres PES, surtout une année d'Euro 2016 en France ! . J'ai chaussé mes crampons et pris sur moi, de FIFA, tester ... 

Genre : Sport
Studio & Editeur :
EA Sports
Plates-formes :
XBox 360, PS2, PS3, Wii, PC, DS et PSP
Nombre de joueurs :
1-4, 2-4 en co-op
Multijoueur :
2-20
Testé sur :
XBOX 360

Sortie : 23
/09/2015


Il est des traditions qui durent plus que d'autres . Si la pérennité de la fête d'Halloween dans l'Hexagone semble compromise, chaque début d'automne voit son FIFA nouveau millésime arriver talonné quelques semaines plus tard par son éternel hybride "bridé" PES . A l'instar du beaujolais nouveau, ce FIFA nouveau a-t'il un goût de banane ou amer ? Allons-nous pouvoir acheter des crédits fifa pas cher afin de constituer des équipes FUT 16 de rêve (sans avoir à jouer des tonnes de match ou de tirer au sort pour les packs fifa ...). C'est ce qui reste à voir ...

Petite ANTHOLOGIE du FOOT vidéoludique .

Vous connaissez toutes et tous ce vieil adage, qui dit, en substance, que l'Histoire est un éternel recommencement . Merci aux Girondins de Bordeaux et aux Marseillais de l'avoir démenti en brisant le règne du Roi Lyon ! Tout cela pour dire que c'est souvent vrai .

Dans des temps immémoriaux
, il y a 25 ans, les gamers découvraient les 1ers jeux de foot qui n'étaient, avouons-le, guère plus que des subbutéo . Le Gary Lineker's football sur Amstrad CPC, ça vous rappelle quelque chose ?
Le premier hit de foot vidéoludique fut Kick Off qui régna sans partage sur les plates-formes de l'époque . Et devinez quoi ? Un beau jour, un challenger se présenta et lui ravit sa couronne grâce à un gameplay révolutionnaire, je veux parler de Sensible Soccer . Un gameplay fabuleux, un jeu Maître déchu de son trône, ça ne vous rappelle rien ? Les nostalgiques ou les curieux peuvent, à ce propos, retrouver ce jeu en version remasterisée sur le Market Place XBox Live ...


Dans les années 90, les licences Super Sidekicks (Néo-Géo) et Virtua Striker (SEGA) envahirent les salles d'arcade et me délestèrent d'un nombre considérable de pièces de 10 francs (1.57 € pour les plus jeunes) .

La Saison 1994/1995, qui allait sacrer les Canaris et officialiser le label "Jeu à la Nantaise" est celle de tous les changements .

Les 1ers Pentium débarquent accompagnés de Windows et une nouvelle licence footballistique naît : FIFA .

Ce FIFA, outre le fait d'être homologué par la FIFA et d'y retrouver les noms des joueurs, des clubs ou des compétitions officielles, a pour nouveauté notable de proposer un jeu plus simulation .

Un nouveau règne commence mais déjà, au Pays du Soleil Levant, Konami prépare la contre-offensive et sort Intenational Superstar Soccer ou ISS pour les fainéants et les intimes ou les fainéants intimes . Malgré d'évidentes qualités, l'avantage commercial reste à FIFA, saus doute dû à l'agrément d'y retrouver les noms des joueurs .

Les saisons passent, les machines aussi . La PlayStation 2 débarque et avec elle, une nouvelle licence émerge : Il s'agit de Winning Eleven du même Konami, plus connu sous nos latitudes sous le nom de Pro Evolution Soccer ou PES .

Malgré l'absence de licences officielles, ce jeu de par son gameplay, le réalisme (NdR : Pour l'époque) du toucher et de la conduite de balle, va "kicker" FIFA de nombre de ludothèques pour nombre d'années .

 Amusant parallèle, le FC Nantes, à la même époque, est de nouveau Champion de France ! L'engouement suscité est tel que les PES Leagues se créent, et que Konami, au fil des saisons, obtient de plus en plus de licences . A l'instar des clubs du championnat de France, FIFA se fait dévorer par le Lyon PES et subit son pressing sans savoir comment réagir .

 
Saison 2014/2015, le 1er PES véritablement next gen, PES 2015, perd l'avantage à cause, notamment, d'un mode de jeu en ligne complètement raté et d'un FIFA 16 véritablement innovant qui opère un marquarge individuel strict et le tacle sur bien des critères . FIFA 16 optimise les améliorations de FIFA 15 en accélérant son jeu et PES, comme Lyon en championnat, met un genou à terre après des années de suprématie ...


Ce qu'il faut retenir, il faudra attendre un nouveau titre nantais pour voir un nouveau jeu de foot s'imposer . Ces derniers ayant été relégués cette saison en L2, je crains qu'il nous faille nous contenter de FIFA et PES quelque temps encore !